Du’Eau, expo de photos sur le thème de l’eau

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:




C’est près de l’eau que j’ai le mieux compris que la rêverie est un univers en émanation, un souffle odorant qui sort des choses par l’intermédiaire d’un rêveur »

« C’est en se tenant assez longtemps à la surface irisée que nous comprendrons le prix de la profondeur ».

L’Eau et les Rêves, Gaston Bachelard



Exposition du 15 novembre au 3 décembre 2011

Ouvert du mardi au samedi de 14 h à 19 h et sur rv (06 20 63 47 17)

Vernissage : jeudi 17 novembre de 18 h à 21 h

Finissage : samedi 3 décembre de 18 h à 20 h

Les artistes seront présents tous les samedis de 16 h à 18 h

Anne Lafont dédicacera son livre «Reflets, rêves, réalité», lors des événements

Galerie Couteron

16 rue Guénégaud 75006 Paris

tél : 01 43 25 62 49

métro : Odéon - Parking : rue Mazarine

Commissariat : Véronique Grange-Spahis / veronique.spahis@gmail.com

L’eau a toujours permis aux artistes d’interroger les mythes fondateurs de notre humanité. Dépositaire des archétypes, elle traduit aussi notre monde émotionnel. Cet élément continue d’être une thématique majeure de l’art contemporain, laissant libre cours à des œuvres novatrices par le biais des photos, des vidéos et des nouvelles technologies. Ces artistes plasticiens démontrent le rôle éminemment politique de l’eau en en faisant un acteur incontournable de ces nouvelles formes de paysages urbains, frontières du dedans et du dehors, mais aussi lien communautaire, une géographie de l’être.

Ici, c’est la beauté et la fragilité de l’eau qui ont été mises en valeur par Anne Lafont et Yves Chouraqui qui ont fait de l’eau leur sujet de prédilection – unique pour la première, point d’ancrage pour le second.

Ce qu’ils nous donnent à voir c’est une approche éminemment poétique de leur vision personnelle – jeux de reflets, images mystérieuses qui nous emportent dans un cinquième élément où nos sens s’égarent.

Leurs photographies ne sont pas modifiées : elles sont la réalité captée à un moment donné au travers de l’appareil

Anne LAFONT

Née à Annecy en 1963, vit et travaille à Paris

Formation de sophrologue de 2000 à 2003.

Mémoire sur le thème « Sophrologie : chemin de guérison et libération d’une création photographique »

Anne Lafont travaille toujours avec des Nikon.De l’argentique elle est passée au numérique en 2010

La photo est une passion de toujours. Elle s’est concrétisée à partir de 1992 par la réalisation de portraits d’enfants dans les crèches, puis s’est poursuivie par un travail thématique sur les couleurs : le jaune à New York, le rouge à Londres.

Depuis 2000, une recherche commencée dans le Maine (USA) par la prise de vues de reflets d’usines en bord de mer a été progressivement approfondie par de nombreuses photos de reflets prises sur les côtes atlantique et méditerranéenne.

Elle est passée d’une première période de reflets identifiables pour entrer de plus en plus dans les détails, dans le cœur du sujet pour aboutir à des images qui finissent par renvoyer à une émotion picturale semblable à celle que suscite la peinture abstraite.

Dans ces volutes et spirales, au travers du chatoiement des couleurs, dans le miroitement de cette palette marine, chacun verra ce qu’il lui plaît d’y voir. Nul sujet imposé, nulle contrainte, du songe à l’état pur.

Principales expositions :

2011

Galerie du Port, Île de Groix (Morbihan) - août

2009

Galerie Pharadise, Affordable Art Fair, Espace Champerret Paris - juin

2005

Galerie Léon et Nicole Herschtritt, «Des goûts et des couleurs», Paris - janvier à avril

2004

Galerie internationale d’Expression libre, Paris - Novembre

2003

Le Hangard, Île de Groix (Morbihan) - août

2003

Galerie Principessa, Paris - juin

2002

Salons de la Presse, Le Grand Pavois, la Rochelle (Charente-Maritime)

2001

Office de tourisme de l’île de Groix (Morbihan)

Espace culturel, Saint Gildas de Rhuys (Morbihan)

Bibliographie :

« Reflets, rêves, réalité » Anne Lafont – éditions Magie de l’Image - Juillet 2011

La photographie est empreinte.

Elle dévoile le monde, elle l’invente à partir de lui-même.

Elle fixe le réel, perpétue le souvenir, elle est le reflet de ce qui existe ou a existé.

Photographier le reflet c’est montrer les sujets différemment de ce qu’on a l’habitude de voir sans pour autant oublier la réalité car mes photos de reflets sont la réalité. Aussi quand on me pose la question : “Pourquoi le reflet ?” j’aimerais répondre : “C’est le reflet qui est venu à moi !”.

(…)

À la manière de compositions musicales et de tableaux abstraits où le mystère reste intact, où chacun trouve sa vérité, les photos de reflets traduisent des vibrations et des sensations comme une musique ou une peinture qu’il est impossible de décrire.

Aussi fluides et précis que se dessinent les reflets dans l’eau, souvent les couleurs, mouvements et formes sont mystérieusement bouleversés. On observe sur ces photos de reflets, un effet de fusion, de distorsion de la réalité, de la confusion de la matière…

(…)

Le reflet s’appuie sur la réalité pour mieux en sortir. Il permet d’aller vers l’imaginaire sans pour autant s’y perdre.

Dans ces volutes et spirales, au travers du chatoiement des couleurs, dans le miroitement de cette palette marine, chacun peut voir ce qui lui plaît.

Nul sujet imposé, nulle contrainte, du songe à l’état.

Anne Lafont

Yves CHOURAQUI

Yves CHOURAQUI est né le  7 juin 1952 à Alger, vit et travaille à Paris

A l’âge de 16 ans, s’intéressant au journalisme et à la photographie, il collabore avec le journal local  « la voie nouvelle »,  où il commence avec un instamatic kodak à photographier les équipes de foot de Villejuif. A l’école Louis lumière de photographie, pendant 2 ans, il côtoie les grands reporters de l’AFP.

Diplômé, inscris au régime des métiers, ses premiers clients sont les municipalités du Val de Marne.

Puis des gros clients tels que Lancôme, Louis Ferraud, hôtel de ville de Créteil, Freshfields  ect…..

Yves CHOURAQUI est reporter photographe professionnel depuis 35 ans, spécialisé dans la couverture d’événements diplomatiques. Accrédité à la Présidence de la république pendant 26 ans, il a photographié des centaines de chefs d’état et de gouvernements, de têtes couronnées et de dignitaires religieux.

Depuis 2 ans, il a choisi un sentier résolument différent et plus intime. Dans le viseur de son Nikon, ce n’est plus la danse du monde diplomatique qu’il photographie, mais les détails infimes et la beauté cachée des objets qui nous entourent

Une nouvelle ère s’installe,  où Yves Chouraqui décide de travailler sur la matière,  d’envisager une création  personnelle et devenir un  photographe  qui a envie de montrer  dans l’instant de la magie du mouvement qu’une image pouvait  apparaître dans « mon imagination et la faire apparaître sur la surface sensible de mon appareil photo ».

« Je deviens créateur de mon propre  univers, je deviens le peintre devant un tableau vierge qui fait apparaître avec son pinceau les couleurs qui lui-même envisage de reproduire.

Mes images sur l’eau sont une démonstration de ma vision, et plusieurs thèmes  sont à l’étude dans mon imagination.

J’ai fait tirer mes images sur l’eau, sur plexi, pour donner plus de profondeur à mes images, plus de transparence  avec l’avantage de pouvoir les tirer au format désiré. »

Dernières expositions :

2011 - La photo contemporaine, Château de Villiers, Draveil - octobre

- Nuit de la photographie contemporaine, Doggy Art Bag, Place Saint Sulpice,Paris –juin

- GMAC Bastille, Paris - mai

- Barclays patrimoine Elysée, Paris – avril

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »